Le Chili: cette longue frange de terre et sa folle géographie.

Publié le par Revue de Création Littéraire Bilingue ARCOIRIS


img159.jpg

Je vous mets ici une carte que j'avais configurée pour expliquer, non pas le séisme, mais le réseau ferroviaire chilien! Car, bien que celui-ci ait pratiquement disparu, au cours des années, remplacés par le réseau terrestre, ou par les gros camions qui traversent le pays du nord au sud, ainsi que les gros car, confortables avec couchettes et tout, prêts à accueillir les touristes émerveillés, sachez que le miroir a aussi un côté opaque qui cache plein de choses...très mauvaises. Pourtant, je ne renoncerai pas à y retourner, car c'est malgré tout mon pays et ...je l'aime, avec ses qualités et ses défauts. Mais la misère, la richesse "affichée" de quelques-uns (acquise en exploitant les autres), ce qu’ici nous appelons "les nouveaux riches", ce Chili qui vit "à l'américaine", endetté jusqu'au cou, consommateur à outrance! Pinocher voulut faire du Chili le laboratoire de l'Amérique latine de l'économie néo-libérale. Les premiers grands buildings ont commencé par une immense Tour construite du temps de "Chicago-boys" arrivés justement du susnommé pays! "Et alors...me direz-vous...ou quelques-uns d'entre vous - "est-ce si mauvais que d'avancer dans un pays qui se trouvait pratiquement à terre du point de vue économique?..." Et je réponds, oui, c'est mauvais quand au nom de la "sacro-sainte économie" on détruit l'école gratuite et obligatoire pour tous! Quand on vend au plus offrant des choses qui avaient été bâties petit à petit et qui développaient une économie un peu centrée sur elle-même, pour donner l'accès aux plus fortunés et écarter les plus miséreux!
Pinocher et ses Chicago-boys, vendit la poste, la compagnie d'eau, d'électricité, les chemins de fer et ouvrit ses portes aux banques étrangères qui ouvrirent guichet sur rue, à côté de la seule et unique Banque d'État ! Les compagnies de Crédit "americaines" s'installèrent et la classe moyenne, à moitié disséminée, que dis-je "exterminée" par ses exactions, croit récupérer ce statut qu'on le lui avait volé, extirpé, pillé! Et commença à s'endetter à outrance! Mais bien sûr que cela fit repartir l'économie et on se mit à bâtir partout et n'importe comment! On ne prit même pas le soin de réfléchir que le Chili est un pays où au moins deux fois par an, de petits séismes secouent le sol de temps en temps. Alors, la bonne vieille méthode , qui a donné son originalité à Valparaiso avec ses maisons en bois et en tôle ondulée, mais joliment peintes aux couleurs vives, ne faisait plus recette!
La réussite sociale s'affiche, là-bas, quand on habite une tour! Mes grands-parents et parents doivent se retourner dans leurs tombes!
Regardez plus bas, une photo très parlante. Un promoteur qui certainement maintenant il sera ruiné! mais je ne le plains pas! Tant pis pour lui, il doit avoir misé aussi sur le pétrole et l'or, à savoir, la bourse aussi tente les Chiliens requins!

710039 340

Commenter cet article